Search

Au commencement étaient les points de rencontre #2

Dans notre premier texte intitulé «Au commencement étaient les points de rencontre "que l'on peut numéroter 1 », nous avions seulement développé les points d'eau comme des lieux de rencontres fortuites de sociabilité ou de socialisation. Ces rencontres mènent à des mariages heureux et durables. Cette fois-ci, nous abordons la deuxième histoire de la création, dont l'élément fondamental est le désert. 4. Voilà les enfantements des ciels et de la terre en leur création, au jour de faire IHVH-Adonaï Elohîms terre et ciels. 5. Tout buisson du champ n’était pas encore en terre, toute herbe du champ n’avait pas encore germé: oui, IHVH-Adonaï Elohîms n’avait pas fait pleuvoir sur la terre, et de glébeux, point, pour servir la glèbe". Genesis 2 est une histoire très différente de la première. Le souci de Dieu est l'urgent besoin pour la création d'avoir le glebeux, l'humain, homme et femme ensemble, pour servir la glèbe, la terre [verset 5 in fine]. C'est donc un texte centré sur l'humain dans la différence physique entre l'homme et la femme. C'est un texte plutôt pratique qui laisse le champ libre à la diversité des opinions. En tout cas, Dieu se montre démocrate. Il donne des responsabilités au glebeux. Donc Il ne considère pas l'homme comme son esclave qui doit se soumettre à ses caprices. Où le masculin repose-t-il sa prétention à mater l'autre moitié du glebeux, les femmes? Nulle part! Car Dieu excepte toujours la notion patriarcale. Il est le Dieu matriciel, le Dieu qui enfante, qui nourrit, qui forme, qui protège. Il fait du glebeux un alter ego, un partenaire, son représentant sur terre, car il a été créé à l'image du Roi des rois. L'humain est à la fois Roi et Reine. Le glebeux est ainsi appelé à régner au même titre que le Dieu des dieux, c'est-à-dire avec bonté, avec miséricorde, avec sagesse, voire avec utérus, avec justice. La mission principale du glebeux est de servir, de servir au mieux l'intérêt général. Il doit donc être au service de la terre et des générations successives. Il doit penser au bonheur de mille millions de générations selon les propos inspirés des parents de Rebecca. Revenons à la notion de désert dans la Bible comme point de rencontre et d'expérience spirituelle. Nous nous souvenons de la rencontre d'Agar dans le désert avec Dieu. De cette rencontre particulière elle fut la première personne biblique à mettre un nom divin sur l'expérience qu'elle vient de vivre : « Atta El Roi », « Le Dieu qui me voit » Le Dieu qui me voit », exprimant ainsi que personne n'échappe à la vue de Dieu en tant que qualité intrinsèque de Dieu passant dans la Torah. Le désert est un lieu abandonné, inoccupé mais il reste un lieu de passage. C'est aussi un lieu de refuge où l'homme est seul en présence de Dieu, le juge de la retribution, celui qui inflige le chatiment. Le désert est aussi le lieu de l'aventure, de la liberté. Le peuple d'Israël en mode de vie feminine, en mode familial, a traversé le désert pour jouir de la liberté d'expression, de la liberté de conscience, de la liberté de circuler. Le désert est le lieu privilégié de rencontre, de face à face avec YHWH. Dans le désert nous rencontrons non seulement Dieu, selon François Mauriac dans ses bloc-notes, mais et surtout le réconfort de nous retrouver. Le désert, selon les évangélistes, est le repère des démons, des brigands [Actes 21,38], pourtant la femme de Dieu représentée par le peuple d'Israël a traversé cette épreuve pour les affronter avec la seule aide de Dieu. Le désert est le lieu de l'éclatement de la manifestation de la puissance de Dieu. Si vous voulez voir Dieu vous répondre plus rapidement, faites l'expérience du désert. Le désert est un lieu propice à la révélation mais il faut avoir le discernement pour distinguer la voix qui vous parle. Dans l'Apocalypse de Jean, la femme persécutée par le dragon s'enfuit dans le désert où Dieu lui fournit une nourriture miraculeuse. Quand nous sommes avec Dieu dans le désert c'est toujours une fécondité, un accouchement dû à Dieu seul. En conclusion si l'on prend en compte les écrits des deux récits de la création, le premier met l'accent sur Dieu qui fait, qui ordonne tandis que le second se concentre sur les glebeux pour servir la terre mais si on considère chacun dans son élément fondamental il y a un renversement total, le premier met l'accent sur les rencontres fortuites entre humains et le second privilégie la rencontre intime de Dieu soit avec la femme qui traverse le désert, soit avec quelqu'un qui se cherche, qui veut savoir qui il est. Shalom et Shalom! Suzie Onel Ecclesiaste




8 views0 comments

Recent Posts

See All

A l'occasion de ce jour de la célébration de la Résurrection du Christ-Messie, l'équipe qoheleth des Femmes, Leve Fanm Yo vous souhaite une joyeuse Pâques. Pâques est considérée comme un nouveau Pouri

Aujourd'hui, 8 mars 2022 marque la Journée internationale de la femme. l'Equipe Qoheleth des Femmes, Leve Fanm Yo, profite de l'occasion pour saluer toutes les femmes du monde. Elle vous souhaite bon

The Qoheleth Team of women, Leve Fanm Yo has chosen to approach the most important woman in the genealogy of Jesus. She is blessed among all women. The Bible does not tell us much about her in relatio